Plus tu sens le stress, l’agitation et la précipitation en toi, plus il est nécessaire de ralentir le rythme. C’est la seule façon de sortir de ce cycle infernal dans lequel tu te trouves.

Alors bien évidemment, ce n’est pas à cette option que tu penseras en premier lieu si tu te trouves plongé dans les méandres de ton mental agité, à courir après le temps et à essayer de faire rentrer dans ta journée toutes les tâches que tu t’es assigné.

Ceci étant, il est essentiel que tu prennes, avant toute chose, conscience de l’état d’agitation extrême dans lequel tu te trouves et que tu stoppes toute activité dans laquelle tu es impliqué, et ce même si tu ne penses pas en avoir le temps.

Car en réalité, plus tu te laisses emporter par la course du temps, plus c’est signe que tu as besoin de t’arrêter. Nous savons pertinemment que tu objecteras certainement que tu n’as pas le temps ou que le moment est mal choisi. Et pourtant nous te l’assurons, c’est la seule chose pertinente à faire !

Alors, rends-toi service. A chaque fois que tu te trouves aux prises avec l’agitation, la précipitation, le stress de la course contre la montre, nous t’enjoignons à expérimenter la pratique suivante :

 

  • Prends conscience de l’état d’agitation dans lequel tu te trouves
  • Arrête ce que tu es présentement en train de faire
  • Prends quelques minutes pour t’asseoir (de préférence) et tourne ton attention vers l’intérieur
  • Porte ton attention sur ta respiration. Respire calmement pour ralentir la cadence de de tes pensées et revenir à l’instant présent
  • Accueille toute l’agitation, la confusion, le stress (quelle que soit l’émotion négative à laquelle tu te trouves confronté) avec le plus de bienveillance possible, c’est-à-dire sans te juger ni te culpabiliser
  • Ressens physiquement où se trouve cette émotion dans ton corps (poids sur tes épaules, sensation d’oppression dans ta poitrine, la gorge qui se serre, …). Observe et accueille ce qu’il se passe à l’intérieur de toi avec le plus de détachement N’essaie pas de réprimer ton émotion. Plus tu lui feras de place à l’intérieur de toi, plus il te sera facile de t’en libérer
  • Reste ainsi le temps nécessaire que l’émotion s’apaise puis disparaisse, un peu comme le calme revient après la tempête
  • Goûte au calme et à l’apaisement qui s’est installé en toi et développes-en le souvenir constant tout au long de ta journée
  • Reproduis cette pratique dès lors que le besoin s’en fait sentir à nouveau

Nous te conseillons bien évidement de ne pas croire sur parole ce que nous te proposons ici mais de passer à l’action et de mettre en pratique les conseils que nous te préconisons.

Si tu prends l’habitude de mettre en place ce petit rituel dès lors que ton état émotionnel en exprime le besoin, tu parviendras à petit à petit à ne plus te laisser envahir par tes émotions et à expérimenter un état de plénitude et de détachement, quelques soient les circonstances extérieures auxquelles tu dois faire face.

Et tu dois bien avouer, qu’en ces temps perturbés et incertains que tu vis présentement, cette pratique ne pourra te faire que le plus grand bien.

Message canalisé par Dominique Baldacchino

Vous pouvez partager ce texte à condition de ne pas le modifier et d’en citer la source, merci.